Pharmacie

Les Vaccins :

Il faudra s'en occuper au moins 3-4 mois avant.

Fièvre jaune

Valable 10 ans.
Cette vaccination est actuellement la seule à être soumise au règlement sanitaire international ; elle peut être exigée au passage d'une frontière, et fait dans ce cas, l'objet d'un certificat international de vaccination.
La fièvre jaune est une arbovirose (maladie transmise par piqûres d’arthropodes : moustiques, araignées, …) transmise par des moustiques du genre Aedes ou Haemagogus. Elle est causée par le virus amaril (en espagnol amarillo = jaune). C’est une maladie grave dont les signes caractéristiques sont des hémorragies et un ictère (coloration jaune de la peau), elle comporte un taux de mortalité important.
La fièvre jaune sévit dans les zones intertropicales de l'Afrique et de l'Amérique du Sud.

Fièvre Typhoïde

Valable 3 ans.
(Typhim Vi) pour les sujets effectuant des séjours prolongés dans des zones à haut risque (zones rurales d'Inde, d'Afrique, d'Amérique latine). (32€)
La fièvre typhoïde est une infection du tube digestif. La vaccination n'est pas entièrement efficace et l'infection est particulièrement dangereuse.
Premiers symptômes : les mêmes que ceux d'un mauvais rhume ou d'une grippe, mal de tête et de gorge, fièvre qui augmente régulièrement pour atteindre 40°C ou plus. Le pouls est souvent lent par rapport à la température élevée et ralentit à mesure que la fièvre augmente. Ces symptômes peuvent être accompagnés de vomissements, de diarrhée ou de constipation.
La deuxième semaine, quelques petites taches roses peuvent apparaître sur le corps. Autres symptômes : tremblements, délire, faiblesse, perte de poids et déshydratation. S'il n'y a pas d'autres complications, la fièvre et les autres symptômes disparaissent peu à peu la troisième semaine. Cependant, un suivi médical est indispensable, car les complications sont fréquentes, en particulier la pneumonie (infection aiguë des poumons) et la péritonite (éclatement de l'appendice). De plus, la typhoïde est très contagieuse.
Mieux vaut garder le malade dans une pièce fraîche et veiller à ce qu'il ne se déshydrate pas.

Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite (DTP)

3 injections à un mois d’intervalle, rappel 12 mois plus tard, puis tous les 10 ans.

Diphtérie : causée par une bactérie (Corynebacterium diphtheriae).
Elle se manifeste par une angine à fausses membranes, caractéristique, et peut se compliquer de paralysies respiratoires entraînant la mort par asphyxie. Elle se transmet par des gouttelettes de salive infectées. La diphtérie a presque disparu actuellement des pays industrialisés, où elle sévissait autrefois sous forme d'épidémies meurtrières. Mais elle existe toujours dans de nombreux pays en développement.

Tétanos : Cette maladie parfois mortelle se rencontre partout, et surtout dans les pays tropicaux en voie de développement. Difficile à soigner, elle se prévient par vaccination. Le bacille du tétanos se développe dans les plaies. Il est donc indispensable de bien nettoyer coupures et morsures. Premiers symptômes : difficulté à avaler ou raideur de la mâchoire ou du cou. Puis suivent des convulsions douloureuses de la mâchoire et du corps tout entier.

Poliomyélite : causée par un virus qui se fixe sur la moelle épinière, se caractérise par des paralysies plus ou moins étendues, pouvant laisser une infirmité définitive lorsqu’elles touchent les membres inférieurs. La vie est menacée lorsque les muscles respiratoires ou les centres nerveux sont atteints. La contamination se fait au contact d’une personne malade, mais des personnes apparemment bien portantes peuvent aussi éliminer le virus dans leurs selles. On peut aussi contracter la maladie par contact direct ou par l’intermédiaire d’eau de consommation ou de baignade contaminée. Contrairement à ce que l’on croit trop souvent, on peut être atteint par la poliomyélite à tout âge. Or si cette maladie a pratiquement disparu en France et dans les autres pays industrialisés (les continents nord et sud Américains en sont exempts), sa prévalence reste élevée dans de nombreux pays d'Afrique et d'Asie, malgré les progrès réalisés grâce à la vaccination de masse. Un adulte non immunisé court le risque de développer une forme paralytique de la maladie.

Hépatite A

(Havrix1440) 1 injection 2 à 3 semaines avant le départ, rappel 6 à 12 mois plus tard, puis tous les 10 ans. (44€)
L'hépatite est un terme général qui désigne une inflammation du foie. Elle est le plus souvent due à un virus. Dans les formes les plus discrètes, le patient n'a aucun symptôme. Les formes les plus habituelles se manifestent par une fièvre, une fatigue qui peut être intense, des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, associés à la présence d'urines très foncées et de selles décolorées presque blanches. La peau et le blanc des yeux prennent une teinte jaune (ictère). L'hépatite peut parfois se résumer à un simple épisode de fatigue sur quelques jours ou semaines.
Hépatite A : C'est la plus répandue et la contamination est alimentaire. Il n'y a pas de traitement médical ; il faut simplement se reposer, boire beaucoup, manger légèrement en évitant les graisses et s'abstenir totalement de toutes boissons alcoolisées pendant au moins six mois.
L'hépatite A se transmet par l'eau, les coquillages et, d'une manière générale, tous les produits manipulés à mains nues. En faisant attention à la nourriture et à la boisson, vous préviendrez le virus. Malgré tout, s'il existe un fort risque d'exposition, il vaut mieux se faire vacciner. (sources LonelyPlanet).

Hépatite B

(GENHEVAC B) 2 injections à 1 mois d'intervalle, 1 rappel 6 mois plus tard.
L'hépatite B est très répandue, puisqu'il existe environ 30 millions de porteurs chroniques dans le monde. Elle se transmet par voie sexuelle ou sanguine (piqûre, transfusion). Évitez de vous faire percer les oreilles, tatouer, raser ou de vous faire soigner par piqûres si vous avez des doutes quant à l'hygiène des lieux. Les symptômes de l'hépatite B sont les mêmes que ceux de l'hépatite A mais, dans un faible pourcentage de cas, elle peut évoluer vers des formes chroniques dont, dans des cas extrêmes, le cancer du foie. La vaccination est très efficace. (sources LonelyPlanet).

Méningite A Méningocoques

(Méningococcique A + C) Valable 3 ans.
Cette maladie est particulièrement répandue en Afrique sub-saharienne, surtout en hiver, avant la saison des pluies. La Mongolie, le Vietnam, le Brésil, la vallée du Nil et le Népal connaissent également des épidémies de méningite. Postillons et éternuements suffisent à propager le germe. Cette maladie très grave attaque le cerveau et peut être mortelle.
Symptômes : taches disséminées sur le corps, fièvre, trouble de la conscience, fort mal de tête, hypersensibilité à la lumière et raideur du cou. La mort peut survenir en quelques heures. Il faut se faire soigner immédiatement. Le vaccin est efficace pendant plus de quatre ans mais renseignez-vous quand même sur les épidémies.

Encéphalite japonaise B

Vacciner les sujets ayant à séjourner plus de 3 semaines en zones rurales d'Asie pendant les périodes épidémiques.
L'encéphalite japonaise est une arbovirose transmise par piqûres de moustiques du genre culex, abondants aux abords des rizières. Elle est causée par un virus qui provoque des lésions des centres nerveux pouvant entraîner la mort (mortalité élevée) ou laisser de lourdes séquelles neuropsychiatriques chez les sujets qui ont survécu.
La maladie sévit dans des pays d’Asie du Sud-Est, en Chine et dans le Sous-Continent indien. Le risque est particulièrement élevé en zone rurale à la saison des pluies.
Le réservoir animal du virus est représenté par diverses espèces qui peuvent être des animaux domestiques, en particulier les porcs, mais aussi des animaux sauvages notamment des oiseaux migrateurs.

Rage
(vaccin dont on peut se passer)

3 injections à 7 puis 21 jours d'intervalle, 1 rappel dans 1 an, puis tous les 3 ans.(100€)
Vacciner les sujets professionnellement exposés, les randonneurs.
Très répandue, cette maladie est transmise par un animal contaminé : chien, singe et chat principalement. Morsures, griffures ou même simples coups de langue d'un mammifère doivent être nettoyés immédiatement et à fond. Frottez avec du savon et de l'eau courante, puis nettoyez avec de l'alcool. S'il y a le moindre risque que l'animal soit contaminé, allez immédiatement voir un médecin. Même si l'animal n'est pas enragé, toutes les morsures doivent être surveillées de près pour éviter les risques d'infection et de tétanos. Un vaccin anti-rabique est désormais disponible. Il faut y songer si vous pensez explorer des grottes (les morsures de chauves-souris peuvent être dangereuses) ou travailler avec des animaux. Cependant, la vaccination préventive ne dispense pas de la nécessité d'un traitement antirabique immédiatement après un contact avec un animal enragé ou dont le comportement peut paraître suspect. (sources LonelyPlanet).

Coût total pour les vaccins = 213.8 euros (en sachant que j'en avais déjà effectué pour mon service national au Sénégal).

 

La Trousse (à mettre dans une boite en plastique solide pour éviter l'écrasement):

ARTICLES
Euros
Eau oxygènée (de préférence dans des petites bouteilles en plastique à usage unique) Un bon nettoyage au savon me suffisait.
2
Compresses stériles (sous plastique)
0
1 bandes (sous plastique)
0
Sparadra
0
1 pince à épiler. Très utile pour retirer les boules quiets trop enfoncées ou les épines.
6
1 agrafeuse (3-4 points de suture). Encore faut-il que la plaie ne soit pas trop sale...
19,6
Bandes collantes puissantes pour grosses plaies (Urgostrips, évite la couture ou les agrafes)
0
Aspi-venin (serpents + scorpions). Ca ne m'a jamais servi.
0
2 seringues + 2 aiguilles (sous plastique) On ne sait jamais. A bien protéger.
0
Douleurs intestinales / diarrhées (Imodium20/4,2€ + Smecta 30sach/5€)
9
Aspirine (UPSA + Doliprane16cp/2,2€)
5
Contre allergie, calment (Zyrtec 15cp/7,18€)
7,18
Antibiotiques (Amoxicilline 12cp/6,1€, 7jours max) (je n'ai pas osé m'en servir durant mes problèmes de diarrhée en Inde)
6,1
Œil rouge et douloureux (collyre antiseptique Stérimycine 12cap/1,75€, conservation température<25°C). Conserve mal et en se lavant les mains régulièrement ou en se protégeant les yeux, je crois qu'il n'y a pas trop de risque.
1,75
Lotion anti-insectes (Mousticologne vaporisateur). Vous pourrez facilement l'acheter sur place et pour moins cher. (sauf en Inde et Népal d'après ce que j'ai vu...)
7,77
Purification de l'eau (Micropur, 1cp/Litre, 50cp/9€) ou Micropur Forte liquide.
9
Antipaludisme (Savarine) pour l'Afrique uniquement. 90% du palu mondial se trouve en Afrique.
0
Stick lèvre (pour les grands froids et le soleil). Mais on peut aussi utiliser une petite écharpe ou un chiffon maillé..
0
Crème solaire (très important en bent...)
0
boules quiets pour dormir (mais attention aux voleurs --> fil nylon entre vélo et dormeur)
3
1 couverture de survie. Ca ne m'a jamais servi.
3
(poids = 800g) TOTAL =
79,4 euros

Contre les poux : il parait qu'ils ont horreur du vinaigre ! (1/4L de vinaigre pour 1L d'eau)

A mon retour du grand voyage, j'ai découvert un nouveau médicament pour lutter contre les problèmes intestinaux : "Lactibiane-voyage" (conseil de Philippe : http://globecroqueur.9online.fr) :

 

Il y a aussi les prunes salées japonaises : "Umeboshi" ?

 

Paludisme :

Le paludisme, ou malaria, est transmis par un moustique, l'anophèle, dont la femelle pique surtout la nuit, entre le coucher et le lever du soleil.
La transmission du paludisme a disparu en zone tempérée, regressé en zone subtropicale mais reste incontrôlée en zone tropicale. D'après le dernier rapport de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), 90% du paludisme mondial sévit en Afrique.
Le paludisme survient généralement dans le mois suivant le retour de la zone d'endémie. Symptômes : maux de tête, fièvre et troubles digestifs. Non traité, il peut avoir des suites graves, parfois mortelles. Il existe différentes espèces de paludisme, dont celui à Plasmodium falciparum pour lequel le traitement devient de plus en plus difficile à mesure que la résistance du parasite aux médicaments gagne en intensité.
Les médicaments antipaludéens n'empêchent pas la contamination mais ils suppriment les symptômes de la maladie. Si vous voyagez dans des régions où la maladie est endémique, il faut absolument suivre un traitement préventif. La chimioprophylaxie fait appel à la chloroquine (seule ou associée au proguanil), ou à la méfloquine en fonction de la zone géographique du séjour. Renseignez-vous impérativement auprès d'un médecin spécialisé, car le traitement n'est pas toujours le même à l'intérieur d'un même pays.
Tout voyageur atteint de fièvre ou montrant les symptômes de la grippe doit se faire examiner. Il suffit d'une analyse de sang pour établir le diagnostic. Contrairement à certaines croyances, une crise de paludisme ne signifie pas que l'on est touché à vie.
La prévention antipaludique. Le soir, dès le coucher du soleil, quand les moustiques sont en pleine activité, couvrez vos bras et surtout vos chevilles, mettez de la crème anti-moustiques. Les moustiques sont parfois attirés par le parfum ou l'après-rasage.
En dehors du port de vêtements longs, l'utilisation d'insecticides (diffuseurs électriques, bombes insecticides, tortillons fumigènes) ou de répulsifs sur les parties découvertes du corps est à recommander. La durée d'action de ces répulsifs est généralement de 3 à 6 heures. Les moustiquaires constituent en outre une protection efficace à condition qu'elles soient imprégnées d'insecticide (non nocif pour l'homme). L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise fortement ce mode de prévention. De plus, ces moustiquaires sont radicales contre tout insecte à sang froid (puces, punaises, etc.) et permettent d'éloigner serpents et scorpions.
Notez enfin que, d'une manière générale, le risque de contamination est plus élevé en zone rurale et pendant la saison des pluies.

 

Notes sur le secourisme.


Suite