Pourquoi font-ils ces guerres ?
Encore un texte de Michel Collon qui travail toujours beaucoup contre les guerres du pétrole.

"Pourquoi font-ils ces guerres ? Laissons la parole au président Clinton, parlant devant des fonctionnaires US à Washington, le 23 mars 99, au moment où il s¹apprête à déclencher les bombardements sur la Yougoslavie : «Si nous voulons des relations économiques solides, nous permettant de vendre dans le monde entier, il faut que l'Europe soit la clé. C'est de cela qu'il s'agit avec toute cette chose (sic)du Kosovo.»

Bref, la guerre a pour but d¹installer l¹OTAN comme gendarme nécessaire pour la domination US sur le continent européen.
Un éditorialiste du New York Times le confirme au même moment : «Pour que la globalisation marche, l¹Amérique ne doit pas craindre d¹agir comme la superpuissance omnipotente qu¹elle est. La main invisible du marché ne fonctionnera jamais sans un poing caché. McDonalds ne peut être prospère sans McDonnel Douglas, le constructeur de l¹avion F-15. Et le poing caché qui garantit un monde sûr pour les technologies de la Silicon Valley, ce poing s¹appelle armée des Etats-Unis, Air Force, Navy et Marines.»

"Qui contrôle le pétrole, peut continuer à diriger le monde"

En fait, depuis la chute du Mur toutes les guerres US ont été au service de la « globalisation ». En réalité, pour le droit des multinationales de continuer à imposer leurs règles économiques et sociales injustes, le droit de ne pas payer les matières premières et de piller le tiers monde.

Et en premier lieu, le pétrole et le gaz. Qui contrôle les routes du
pétrole, peut bloquer l¹approvisionnement de ses rivaux (Europe, Japon), les faire chanter et continuer à diriger le monde. Tel est l¹objectif permanent de Washington. La guerre contre la Yougoslavie visait à renverser l¹autogestion des travailleurs et à faire place nette pour les multinationales. Mais aussi à contrôler le stratégique « corridor énergétique n° 10 » qui passe par Belgrade. Résultat pour les travailleurs ? Le gouvernement que l¹OTAN a imposé à Belgrade est celui du FMI. Le prix du pain est passé de 4 à 30 dinars, celui de l¹électricité (privatisable) a été multiplié par quatre, la Banque Mondiale veut licencier 800.000 travailleurs et le droit de grève vient d¹être interdit !

Le soutien à Ben Laden et aux talibans, puis le renversement de
ceux-ci, visaient à permettre la construction en Afghanistan du gazoduc de la multinationale US Unocal destiné à desservir toute l¹Asie du Sud. Le « président » afghan Karzaï est un employé d'Unocal et dix de ses ministres ont le passeport US. Résultat ? Le trafic de drogue a augmenté.

Le soutien au régime brutal et corrompu de la Colombie vise certes à garantir la mainmise US sur le stratégique canal de Panama, mais aussi à contrôler le pétrole colombien d¹abord, vénézuélien ensuite en empêchant une alliance entre ces deux pays et l¹Equateur. Ceux qui prétendent imposer la démocratie en Irak n¹ont pas hésité à tenter un coup d'Etat contre le président élu du Venezuela, Chavès.

Le soutien US aux milices islamistes, notamment de Ben Laden, actives en Tchétchénie, et leur approvisionnement en armes vise à affaiblir la Russie et à la chasser des si lucratives routes du pétrole dans cette région.

Bref, partout, les multinationales pétrolières US cherchent à imposer des tracés de pipelines contrôlés par elles-mêmes : Afghanistan, Kurdistan, Caucase, Bulgarie ­ Macédoine ­ Albanie, et on en parle à présent aussi à propos de la Corée et de divers pays d¹Afrique. Et dans chacune de ces régions, les Etats-Unis manoeuvrent pour installer leurs bases militaires.
Partout donc, mais de façon clandestine, les Etats-Unis provoquent ou excitent des conflits en soutenant les pires racistes, les pires
terroristes, les pires fanatiques. Ce qui nécessite des prétextes et des médiamensonges, que la gauche n¹a pas toujours su démasquer.

Au Kosovo, par exemple, leurs protégés de l¹UCK appliquent impunément leur programme annoncé : nettoyage ethnique chassant toutes les minorités (Serbes, Juifs, Roms, Turcs, Musulmans, GoransŠ) et trafics maffieux (drogue, armes, prostitution). Sous les yeux et avec la bénédiction des Etats-Unis qui ont installé, à côté du futur pipe-line, l¹énorme base militaire de Camp Bondsteel : des pistes pour bombardiers ( !), louées 99 ans et permettant d¹atteindre le Moyen-Orient, le Caucase, Moscou. Et un jour l¹Europe ?

La cause des guerres, c¹est le système économique

Car la guerre pour l'or noir a aussi pour but de priver la France et
l¹Allemagne de leurs débouchés et approvisionnements en Irak, en Iran, etc. De même, la stratégie militariste et la course aux armements a pour but d¹empêcher la création de l'Euro - Armée. Laquelle permettrait de mener les mêmes guerres que l¹armée US, mais pour le compte des multinationales européennes.

Le militarisme et la multiplication des guerres ne tombent pas du ciel et ne sont pas dus à la personnalité de tel ou tel président. Ce sont les multinationales US qui ont décidé de favoriser l¹élection de Bush le tricheur non élu. En fait, la cause des guerres, c¹est l¹aggravation de la crise économique. Inévitable dans ce système puisque le « meilleur patron », applaudi par les Bourses, c¹est celui qui annonce un plan de licenciement de dix mille ou quinze mille travailleurs de par le monde. Mais si vous licenciez et baissez les salaires autant que vous pouvez, à qui vendrez-vous ?

Cette absurdité sape la base économique d¹un développement général et harmonieux. Cette contradiction incontournable impose une bataille accrue pour contrôler les régions et matières stratégiques, afin d¹en priver les rivaux. Le monde est partagé comme un gâteau. Et comme il est partagé depuis longtemps, la seule manière pour une grande puissance d¹améliorer sa
situation est de rafler les morceaux échus à d¹autres. Par la guerre.

Les guerres multiples que Bush annonce (Iran, Syrie, Corée, Colombie, Cuba etc.) ne sont que des chapitres d¹une guerre globale. La recolonisation brutale de toute la planète, l¹imposition d¹une dictature encore plus étendue que celle dont rêvait Hitler. La proie décisive étant la Chine, avec son immense marché, son taux de croissance phénoménal. Avant de s¹en prendre un jour à l¹Europe ?

Mais soutenir l¹Euro-Armée n¹est pas la solution. Quand Chirac envoie l¹armée française en Afrique pour soutenir les pires dictatures et favoriser Total ou Bouygues, il fait la même chose que Bush en plus petit. Et si Bush avait offert à TotalFina sa part du gâteau irakien, on n¹aurait pas entendu Chirac.

C¹est donc aux travailleurs et à leurs organisations de définir leur
propre alternative : la solidarité de ceux d'en bas contre ceux d¹en haut. «Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent », écrivait Jean-Paul Sartre. L'urgence est donc la création d¹un front international contre la guerre, pour le droit à l¹autodétermination, c¹est-à-dire le droit de chaque nation à choisir son destin, son système social, son mode de développement économique. Développer partout (entreprises, associations, quartiers et surtout écoles) des comités d¹information, de débat et de mobilisation. Car l¹humanité court un danger terrible.

Voilà. En m¹excusant du caractère schématique du présent texte. En quelques lignes, il n¹était pas possible d¹argumenter et de prouver ces thèses par des faits concrets. A prendre donc, comme un appel pour lancer le débat au sein du mouvement ouvrier et progressiste."

michel.collon@skynet.be