Avantages du vélo couché.
Questions ?
Où acheter un vélo couché ?
Modifications apportées à mon Distance.
Infos sur le vélo pendant le voyages.
Les Pneus.
Les Chambres à air.
Jantes

Manettes de vitesse.
Technique : la transmission par chaine.
Securite.
Réparations velo.
Conclusion sur les problèmes rencontrées.
Durée moyenne des pièces.
Divers doc récupérés par ci par là .


Quel Vélo pour un tour du Monde ?
Un Bent évidemment !
Le "Distance" de Challenge !

 

Une petite chanson pour commencer : http://www.youtube.com/domakaelgavacho

 

Au début de mes recherches, j'imaginais bien sûr partir avec un vélo "classique" comme ceux que vend Paul Damela à Rando-cycle Paris (il vend aussi quelques bents).

Puis Vincent P., un fan du vélo couché (ou "bent" ou "ligfiets"), m'a parlé de ce véhicule bizarre avec une tête pleine de dents, tête qui commande d'ailleurs comme le cerveau du guépard, la vitesse du bolide... Même les chiens en ont peur de cet animal étrange...
Je m'y suis quand même intéressé et me suis aperçu que c'était vraiment une création pleine de qualité... La nature fait rudement bien les choses parfois.
Une forme élancée très aérodynamique (pratique face au vent) et un confort remarquable : couché ! Comme dans son lit ! Un rêve...? Et bien non ! C'est une réalité délaissée malheureusement par beaucoup !

Voici la bête (le "distance" de Challenge) :

Le Distance fabrique par Challenge

la fourche avant

entre les deux roues

vue de l'arrière

Après beaucoup de recherches, j'ai choisi le 'Distance' de Challenge, qui est pour moi le meilleur vélo couché pour les grandes randonnées. Roues de 26", équipement Shimano Deore, fourches acier, cadre alu sur-dimensionné, porte bagages inox, etc. C'est du solide ! Je préfère le guidon haut pour la plus grande maniabilité et la possibilité d'y fixer son t-shirt (pour faire rentrer l'air dessous).
Au Salvador, j'ai eu un accident (voir récits), toute la partie avant du vélo a été écrasé par une grosse roue de camion, le cadre s'est retrouvé totalement plié dans tous les sens mais pas une soudure n'a bougé ! C'est presque trop solide... Puis c'est des vélos qui sont en perpétuelle évolution / amélioration. Je précise, au passage, que j'ai presque dû incister pour que Challenge et Ligfiet acceptent que je mette leurs logos sur mon livre. Mes propos restent totalement indépendants.

Comparé au vélo classique :

La diffèrence...

On s'aperçoit tout de suite que le conducteur du vélo classique est mal installé, les bras tendus, le derrière posé sur un siège minuscule, puis il est comme un mur face au vent...
Tandis que le pilote du bent est confortablement installé comme à la plage dans une chaise longue, et n'offre au vent que peu de résistance.

Tout est dis, non ?

Évidement je pourrais rajouté aussi qu'absolument tous les médecins vous conseilleront ce nouveau vélo révolutionnaire. D'ailleurs c'est dommage que ces chers médecins ne font pas plus de vélo, ça profiterait à la bonne propagation du bent...
Dans les salles de sport / fitness on pédale depuis longtemps dans la position du vélo couché...




AVANTAGES par rapport au vélo classique :

Le Confort : comme dans un lit !
- le haut de votre corps reste décontracté, facilitant votre respiration ;
- plus de tensions dans le coup, le dos, les épaules, les bras, les mains, etc. ;
- plus de problème de mal aux mains, mal au dos, mal au derrière, le cuissard n'est plus indispensable et contrairement au vélo classique vos chaussures seront toujours propres (même par temps de pluies !). On peut sans problème rouler en tenue de ville ;
- une vue remarquable du paysage qui vous entoure, pas de tête dans le guidon les yeux rivés sur le sale macadam, mais une superbe vue du ciel ;
- il n'y a que les jambes qui travaillent, vous êtes donc beaucoup moins fatigué à la fin d'une longue journée de vélo.

L'Efficacité : plus rapide !
- l'appui fixe que vous fournit le dossier du siège vous permettra de gagner en puissance, les démarrages sont d'ailleurs très rapides ;
- une plus grande aérodynamique = la meilleure arme pour combattre l'air/le vent. C'est simple, là où en vélo classique avec un vent de face vous n'avanciez pas, en vélo couché vous roulez à plus de 30Km/h et sentez à peine le vent. Par rapport au vélo classique, chargé de 50Kg de bagages, je fais entre 10% et 25% de kilomètres en plus par jour.

La Sécurité
- le centre de gravité étant abaissé, le véhicule tient mieux la route et freine beaucoup mieux, dans les descentes vous serez vite à 70Km/h (mon record c'est 90Km/h !) ;
- en cas de choc frontale, vous n'êtes pas éjectés vers l'avant comme avec un vélo classique, la tête est beaucoup mieux protégée car elle sera la plus éloignée de l'obstacle, exactement le contraire du vélo classique ! Puis si vous tombez, ce sera de côté, de plus bas et déjà prêt à rouler pour amortir le choc... Avec de grosses sacoches sur les côtés, vous serez parfaitement protègé.

INCONVÉNIENTS par rapport au vélo classique :

- il faut utiliser des chaussures avec une semelle rigide de manière à bien répartir la pression du pied sur les pédales, sinon vous risquez d'avoir un engourdissement des orteils ;
- le zéro main (prolongé) ne semble pas possible sur mon Distance;
- pour mettre votre bent dans votre petite voiture, vous serez obligé de démonter le tube du pédalier, mais c'est rapide... Dans les bus, ça rentre sans démonter.
- tous les gens regardent votre vélo, pour moi qui suit plutôt de nature réservé c'est un problème. Mais ca passera quand tout le monde roulera en bent... ;
- si vous roulez très longtemps sans faire travailler dans une autre activité votre dos, vous pouvez avoir des problèmes.

En fait, il n'y a pas de grand inconvénient, surtout avec un vélo équipé de roues de 650 (26") et d'un guidon au dessus qui permettra de rouler en ville comme en vélo classique mais en meilleure sécurité.

Le bent, vous l'aurez compris, dépasse de loin les capacités d'un vélo classique et détient d'ailleurs de très nombreux records de vitesse (130km/h env. au 200 mètres départ lancé ! Contre 100Km/h env. pour le vélo classique, etc.).

DES QUESTIONS ?

Pour démarrer ? C'est pas bien difficile. Juste un coup à prendre. Il faut regarder droit devant en donnant un bon coup de pédale et c'est parti ! Les guidons au dessus sont souvent beaucoup plus sensible que les guidons au dessous, mais on s'habitue (au bout de 100Km env.).

Pour monter un col ? A vide, c'est un peu plus long qu'avec un vélo classique puisque l'on ne peut se mettre en danseuse. Mais avec 40Kg de chargement, je n'ai pas l'impression que ce soit plus long, c'est surtout beaucoup plus confortable puisqu'il n'est pas nécessaire de tirer sur les bras, juste bien se coucher sur le siège et pousser avec les jambes, il n'y a que les jambes qui travaillent... (Je peux d'ailleurs facilement changer les stations radio de mon walkman, même en pleine montée.)
Puis il ne faut pas oublier qu'avec un vélo classique très chargé, il est déconseillé de se mettre en danseuse car dans ce mouvement les roues subissent une énorme torsion, ça use et casse les rayons ! Donc pour mon voyage, même dans les montées (jusqu'à 10%), c'est mieux le bent !

Le prix ? C'est vrai que ça paraît plus cher qu'un vélo classique. Mais à qualité égale ça ne l'est pas forcément car les bents sont vendus en standard avec un équipement de qualité (Shimano Deore). Comptez entre 1000 et 1500 euros.

Guidon au dessus ou en dessous ? Pour ma part, je préfère les guidons au dessus car il vous donne un bien plus grand rayon de braquage (pratique pour faire un demi tour sur un petit chemin ou pour rouler en ville). Autres avantages non négligeable du guidon au dessus, c'est que vous pouvez facilement y fixer le compteur de vélo, l'appareil photo, une petite tablette pour lire tout en roulant, etc. (voir photos ci-dessous) Pour lire une carte que l'on tient à la main tout en observant la route et en tenant le guidon, avec un guidon dessous, ce n'est pas évident.
Par contre, en cas d'accident, un guidon au dessus pourrait causer des probl
èmes avec les jambes si vous êtes éjecté du vélo.

Les chiens ? Il ne sont pas encore habitués à ce type de vélo et c'est plus difficile de se défendre en présentant ses pieds à l'animal... mais il suffit de descendre du vélo ou d'utiliser un "bâton anti-chiens". Personnellement, j'ai remarqué que par rapport à un vélo classique, les chiens ont plus peur de se rapprocher près d'un bent. Je n'ai jamais été mordu, même dans des endroits très risqués comme en Equateur, Pérou, etc. (aucun problème au Tibet).

Contrairement à ce que certains pensent, je n'ai pas de difficulté à aller chercher mon mouchoir dans la poche de mon short (pas la poche arrière bien sûr).

Il n'y a pas de problème non plus pour regarder derrière si une voiture arrive. On peut facilement se relever sur le siége tout en continuant à pédaler.

 

L'évolution du vélo

 

Vous trouverez de bonnes adresses internet sur ma page de liens (élaboration_liens web)

Remarque : Vous avez la chance de lire ici une page totalement objective et sans parti pris (contrairement à ce que l'on peut lire sur certains sites de fabricants). Le bent, quand on essaie, on est conquis...

 

 

Ou acheter un vélo couché ?

Chez Ligfiets bien-sûr !

 

Vous avez un bon magasin Ligfiets en Belgique à Gent (70Km de Lille), magasin géré par Manu (ils parlent français), voici l'adresse : Ligfiets - Lange violettestraat 49 - 9000 Gent - Tél : (0032) 09 223 44 96. [plan]

C'est ouvert tous les jours de 15h à 21h et le samedi de 10h à 16h (téléphonez avant pour être sûr).
Les trains régionaux en Belgique comme en France acceptent les vélos gratuitement...

Le site web: http://www.deligfiets.be/

 

 

En France :

Il commence a y avoir beaucoup de revendeurs en France, consultez le site de Challenge pour plus d'infos : http://www.challenge-ligfietsen.nl/

 

Un constructeur Français qui a une démarche écologique (local, récup) : http://www.aliaciklo.fr/

 

À côté d'Angers :
Cycles Zen
18, rue de L'Epinay
49800 - La Bohalle (près d'Angers)
phone: (0033) 2 4180 4883 / 6 3084 6061
e-mail: cyclezen.duprat@wanadoo.fr
www.cycleszen.com

 

À Toulouse :

SARL Cyclable 24, rue de la bourse - 31000 Toulouse
www.cyclable.com (le site web fait très commercial, mais l'accueil est très convivial sans arrière pensée financière)

 

À Besancon :

www.lerelaisvelo.fr : location, vente, vélo électrique, tandem, vélocouchés, etc.

 

 

Pour l'occasion :

http://www.hpv.org/shop/gebraucht/

http://www.bentokaz.com

 

 

Modifications apportées à mon "Distance" :

J'ai refait la peinture grossièrement en noir de manière à moins attirer les voleurs et moins étaler ma richesse. Malheureusement, beaucoup doutent de l'immense importance de ce geste... Et pourtant ! (On peut faire pareil avec tout son matériel : APN, vêtements, etc.)


J'ai rajouté un porte bidon (standard 5L) entre les deux roues de 26", soudé au porte bagage ; ça abaisse le centre de gravité et donc améliore la tenue de route (déjà excellente), puis ça renforce encore le porte bagage.

Pour pouvoir caser ma poche à eau (de 4L), j'ai relevé et avancé un peu le siège. Ca me permet aussi d'avancer encore les deux sacoches avant et donc de mettre plus de poids sur la roue avant.

Pour conserver l'eau fraiche, je recouvre mes réservoirs d'une grosse toile à 3 couches que j'humidifie. L'évaporation donne du froid....



Sur le guidon j'ai soudé une petite barre de fer pour fixer les appareils photo (filmer tout en roulant), je peux aussi y mettre une petite tablette qui me permet de lire un guide (photo), un livre de langue, ou suivre une carte les mains libres. Mais je dois avouer que je m'en sers très rarement : photo

L'éclairage du vélo est alimenté par la batterie centrale rechargée par le panneau solaire (page du circuit) et commandé facilement par un petit (mais solide) interrupteur sous le siège. Je garde bien sûr la possibilité d'utiliser une dynamo. Avec le temps, l'interrupteur a rouillé, je l'ai donc "shunté" et je débranchais la prise pour éteindre. Puis en Chine, j'ai démonté tout le système des phares car comme je ne m'en servais qu'une fois tous les 3 mois, ca rouillé et il y avait toujours un faux-contacte quelque part. Une bonne lampe de poche frontale et de gros catadiopes sur les 4 côtés suffit. (il faut aussi garder la possibilité de pouvoir cacher les catadiopes pour pouvoir rouler discrêt la nuit, comme au Tibet...)

Je me suis fabriqué des cales-pieds avec des bouts de tuyau qui me permettent d'utiliser mes chaussures d'été et mes chaussures d'hivers, je n'en trouvais pas des assez gros dans le commerce... C'est assez simple à faire, il suffit de couper une rondelle de tuyau (diam. 150-200mm, plus petit le plastique est plus fin et fini par casser) d'une largeur de 7-8 cm, de la déplier et lui donner la forme souhaitée en la chauffant soit au chalumeau, ou mieux avec un décapeur thermique. Ca ne coûte rien et c'est suffisamment solide.



Les gardes boues ont été éloignés au maximum possible des roues pour le cas ou je devrais rouler longtemps dans la gadoue. J'ai aussi refait la petite attache inférieur du garde boue arrière car elle avait cassé. Par la suite, j'ai fini par enlever les gardes boues, ça cause toujours des problèmes quand on roule dans la boue et avec les vibrations ça a tendance à se déviser. J'ai juste mis un bout de plastique sous le porte-bagages, et à l'avant j'ai fait un système comme sur les motos de cross : un gros garde boue bien éloigné de la roue.

Le protège dérailleur (photo) est d'une très grande importance, car sans, j'aurais cassé plusieurs dérailleurs (quand le vélo tombe)...

Sur la fourche avant côté droit, j'ai placé un gros couteau de survie (photo) très rapidement accessible au cas où... Je le mets seulement dans les endroits à risques (pour les bandes de chiens, etc.). Au bout de 18 mois de voyage, je l'abandonne pour m'alléger.


Les écarteurs de voiture sont très importants et efficaces, surtout s'ils dépassent bien la largeur du vélo. J'utilise une petite barre d'aluminium flexible pour les éloigner encore plus du vélo. Mais on peut aussi alonger le bras avec un bout de plastique. Il faut penser aux chutes et faire un système qui se déboite plutot que de casser. (photo1, photo2)

La pancarte (plaque de plastique d'un vieux scanner) à l'arrière me permettra de passer quelques messages... (pub pour le site web, messages contre les voitures, annonces de recherche, etc.). La fixation des feuilles plastifiées avec du scotch est suffisante.

Une béquille est indispensable pour ce genre de voyage : le vélo étant chargé de 50-60Kg de bagage, je ne peux pas le coucher et le relever facilement... Comme j'avais aussi besoin d'un bâton anti-chien, je me suis dis que la meilleure béquille serait un grand bâton de bois (on en trouve partout) aidé par une chambre à aire qui bloque un frein. Voici le résultat, après 4-5 prototypes : systbequille.jpg (je vous conseille de copier exactement et ne pas faire trop compliqué).
Quand ce bâton n'est pas utilisé comme béquille, il pend entre les deux sacoches de droite. Après un entraînement forcé, il ne me faut plus qu'une seconde pour ouvrir d'une main le mousqueton qui le tient, et lever bien haut ce bâton pour faire peur à l'agresseur. Cela dit, ça ne suffit pas toujours, et certains chiens continuent à courir après le pédalier (c'est ce qui les attire le plus). Les anti-chiens à ultrasons, ce n'est pas assez efficace. Un chien enragé n'a peur de rien, ou presque rien...

Les meilleurs élastiques/extenseurs pour fixer des sacs sur le porte-bagage sont des vieilles chambres à air (ça agrippe bien sans glisser, et c'est gratuit). Vous prendrez des chambres plus ou moins larges en fonction de la tension/force souhaitée.

Avant mon départ, j'ai regraissé les câbles (freins + dérailleurs), les axes des freins (se bloquent après une grosse pluies), les dérailleurs (ressorts pour éviter la rouille), etc. Pour le cable du dérailleur arrière, j'ai compris par la suite qu'il est préférable de le huiler. En effet, la graisse augmente presque la friction, puis dans les pays très froids, elle a tendance à durcir. Aussi, il vaut mieux avoir des gaines complètes plutôt que des gaines ouvertes à certains endroits. Car aux ouvertures, l'eau et le sable peut rentrer.

On peut aussi refaire les soudures du porte bagages qui seraient un peu trop fines.

Et mettre une boussole au milieu du guidon, c'est très pratique. Ne pas la mettre sur une plaque de métal ferreux bien-sûr. Sur ma photo, je l'ai visé sur une plaque d'aluminium : photo

 

Poids : Vélo complet = 23Kg
dont : Porte bagages = 2,4Kg
Fourche arrière (acier) = 2Kg
Siège = 1,8Kg
Roue arrière renforcée (avec protége dérailleur et pneu) = 2,5Kg

 

 

Infos sur le vélo pendant le voyages :

 

Le gros accident du Salvador : voir récits onglet 02
Le vélo fut très mal en point : cadre plié, fourche et roue avant foutues, siège déformé, guidon plié, etc. Mais j'ai été impressionné par la solidité des soudures ! Tout a plié mais rien n'a cassé ! Comme quoi partir avec un cadre en aluminium n'est pas forcément un problème.
Le constructeur Challenge s'est arrangé avec le vendeur Ligfiets pour m'offrir un nouveau Distance. Une semaine après mon retour en France, j'avais déjà un nouveau vélo !
J'ai pensé aussi à mettre une fourche avant à suspension, mais pour finir, j'ai gardé celle d'origine. Une fourche simple, c'est plus solide, puis même sur de la piste, le Distance reste un vélo très confortable.

Les Pneus : (fichier des tailles de pneus)
Je conseille de mettre un pneu avant avec des petits crampons pour mieux contrôler la direction et à l'arrière plutot lisse. La taille idéale sur route : 1,35*26
à 1,5*26. J'ai remarqué aussi que pour un pneu de taille égale, les valeurs des pneus "made in asia" sont de 0,2 supérieures au pneu "made in France" ou "made in USA". (un 1,7*26 de Taiwan = 1,5*26 en France)
Pourquoi des roues de 26 (559mm) ? , parceque c'est ce que l'on trouve le plus dans le monde. Puis une roue de 28" (700), c'est plus fragile, ça se tord davantage, les rayons cassent plus facilement, mais c'est vrai que le 28" (700 ou 622mm) c'est plus confortable et plus rapide.
Je dois préciser que comme mon vélo est extrêmement chargé (60Kg de bagage, 150Kg au total), je mets beaucoup de pression dans les roues (sinon je risque de mordre la chambre à air, puis un pneu bien gonflé roule mieux), cela fait donc plus souffrir le pneu.
Contrairement à ce qu'on pourrait penser, aux Etats-Unis on trouve moins facilement de bons pneus qu'en France et en général, les pièces de vélo sont un peu plus cher.
Je gardais 1 ou 2 pneus de qualité d'avance qui me servaient régulièrement quand je ne trouvais pas de bons pneus. Dans les pays moins riches style Amérique Latine, on ne trouve de bons pneus que dans les capitales (Mexico, Buenos Aires). En Asie, même dans les capitales, ça devient presque impossible de trouver de la qualité.

Détail (par ordre chronologique):
- 2 d'origine du vélo (4000Km env. chacun)
- 1 Hutchinson (made in France, filiale de Total) souple 26×1.2 (France, Lille) : 1000Km+ reste en France car pneu trop fin.
- 1 Kenda (made in Taiwan) souple 26×1.7, à 24 euros (USA, Saratoga) : 1500Km sur roue avant ! ... Le caoutchouc s'use très vite et il finit par s'arracher sur les côtés.
- 1 Specialized (made in USA) Fatboy 26×1.25, à 20 euros (USA, Plattsburgh) : 6000 Km sur roue arriére (gomme noir usée jusqu'à la gomme rose}
- 1 Specialized (made in USA) Nimbus 26×1.5, à 20 euros (USA, Denvers) : 2300 Km sur roue avant puis roue arrière, finit par s'arracher sur le côté.
- 1 Kenda (made in Taiwan) 26×1.5, à 5,4 euros (Mexique, Torreon) : 1500Km à l'avant, puis il a commencé à s'arracher parceque j'y mettais trop de pression (trop gonflé).
- 1 VTech (made in Thailand) 26×1.95, à 3,8 euros (Mexique, Gomez Palacio) : 2000Km (de 9500Km à 11400Km)
- 1 Michelin route 26×1,5 à 18 euros (Mexico city) : 2 700Km arrière + 12 100 Km avant = 14 700Km (photo) !
- 1 Metro (made in Indonesia) 26×2 à 5 euros (Mexique, Oaxaca) : 120Km et il commence déjà à s'arracher au niveau de la tringle (trop de pression). Je le donne avant de l'arracher complètement.
- 1 Matrix Road Warrior (made in China) 26×1.5 à 14 euros (Mexique, Miahuatlan) : 2000Km (de 11900Km à 13700Km)
- 1 Michelin Wild Gripper 26×1,95 à 6 euros (Guatemala city) : ne tient pas sur ma roue avant (jante trop fine, elle sera écrasée dans l'accident au Salvador), 100km puis je le donne.
- 1 Michelin route 26×1,5 à 15 euros (Lille GoSport) : 8300Km à l'arrière.
- 1 Michelin route 26×1,5 à 15 euros (Lille GoSport) : 5500Km sur roue arrière (comme j'avais une bosse sur la jante avant, je freinais tout le temps avec la roue arrière et parfois, je la bloquais, ce qui l'a vite usée).
- 1 made in Thailand 26×1.9 à 3 euros (Melo, Uruguay) : 2500km sur roue avant, puis je le donne.
- 1 Michelin Wild Gripper 26×1.95 à 18 euros (Buenos Aires) : 1000Km sur roue avant, puis les cutures sur les côtés s'arrachent !
- 1 Michelin Wild Gripper 26×1.95 à 18 euros (Buenos Aires) : 500Km à l'arrière, cette fois-ci, les coutures s'arrachent à l'intérieur. J'y perds 2 chambres à air. (photo)
- 1 Ritchey 26×1.4 à 14 euros (Buenos Aires) : 3400Km roue arrière +
- 1 city made in china 85 PSI (copie du 1.5 Michelin) à 7 euros : 1300Km roue arrière puis 450Km roue avant. Il s'use vite et s'arrache sur le côté. PRESSION Mensongère !

- Kenda Kwest 26×1.5 65PSI à 5 euros : 2 000Km puis je le donne à Francois NZ.
- 1 made in china à 3euros, 10 000Km sur roue avant.
- 1 Continental (made in Thailand) 1.9 Semi Slick Avenue à 30euros (d'occase, NZ) : 4 500Km sur roue arriere (beaucoup de sale piste), comme il est gros, il travaille beaucoup.
- 1 Continental (made in Thailand) 1.6 Goliath à 30euros (d'occase, NZ).
- 1 Continental (made in Thailand) 1.6 Travel Contact à 40euros (neuf, NZ). de 40 800Km à ...
retour en France.

Résumé : Les Specialized = plus cher et pour certains, s'arrache facilement sur les côtés (tous les connaisseurs le disent). D'une manière générale, évitez tous les made in Taiwan, India, Indonesia, Thailand, etc. Le Marathon de Shwalbe made in Germany, c'est très très cher, mais ça dur... sauf accident. Les Michelins (qui sont maintenant fabriqués en Inde...) sont d'un très bon rapport qualité prix mais j'ai déja eu des problemes avec des Wild Gripper 1.95 qui se sont arrachés au bout de 400Km ! Je me souviens aussi d'un Ritchey 1.4 avec lequel j'ai du faire 7000Km sur roue arrière et pas mal de piste. Continental (made in India / Thailand) c'est cher mais solide (un peu moins que Shwalbe).
Pour vérifier la qualité d'un pneu, regardez la pression qu'il supporte (il faut au moins 80PSI/5.6bars), en sachant qu'il y a des constructeurs qui trichent (surtout made in Asia). Il faut aussi qu'il y ait beaucoup de fils à l'intérieur du caoutchouc (trame dense). L'épaisseur aussi de la bande roulante est importante, plus c'est épais, plus ça dur. Puis si les côtés ne sont pas très épais/solide (comme avec les Specialized), vous risquez l'arrachement, surtout au niveau de la tringle.

Aux USA, je quittais parfois les routes principales (pleine de voitures) pour prendre des petites routes en terre. Il faut alors des pneux assez larges, pour la piste (26×1,5 mini). Après, au Mexique et Amérique Centrale, j'ai toujours eu du bon macadam, sauf peut-être dans les villes où il y a parfois quelques trous. Mais on peut se contenter de 26×1,25 bien gonflé.
Pour l'Amérique du Sud, vaut mieux du 26×1,5 mini car il y aura beaucoup de pistes. Si vous prenez des gros pneus 1.9 avec crampons, sur le macadam ca va etre dur ! Pour l'Amerique du sud et l'Asie, je conseille d'avoir toujours un pneu lisse (1.5) pour la route et des pneus crampon pour pistes. Je me souviens avoir fait le salar d'Uyuni (sud Bolivie) avec des pneus lissent 1.5 Michelin. C'était pas le top, mais je suis passé.

La taille que vous pouvez mettre dépend aussi de la jante : par exemple, sur une jante fine, si vous mettez un pneu de 1.7 ou plus, le pneu va avoir tendance à se ballader sur les côtés de la jante. Vous ne serez pas stable et vous aurez l'impression de conduire un bâteau. Avec une jante large (plus solide), si vous mettez un pneu de 1.2 (se sera difficile à mettre), il sera écrassé et en cas de choc avec une bordure, c'est la jante qui prendra le coup.

Les Chambres à air :
Avec de bons pneus de route, on peut faire jusqu'à 15 000Km avec une chambre à air (même si on y pose une 15aines de rustines). Avec de larges pneus de piste, la chambre est moins compressée et ça bouge à l'intérieur. Donc elle s'use plus vite. Surtout au niveau des coutures sur les flans du pneu.
J'ai parfois croisé de riches cyclistes qui ne réparaient pas les crevaisons. Ils changaient de chambre à air à chaque crevaison !
C'était surtout ceux qui font un tour du monde d'un an... Personnellement, je trouve ça scandaleux ! Si je n'avais pas pris la peine de réparer mes chambres à air, j'en aurais jeté plus de 60 ! On est 6 milliards d'humains sur Terre, imaginez la montagne de déchets si l'on ne répare plus les chambres à air ! ! !
Réparer une chambre à air, ca prend 15 minutes. On gratte le caoutchouc avec un petit bout de papier de verre. On applique la colle. On attend 10mn (pendant ce temps on vérifie qu'il n'y a pas d'épine dans le pneu). On pose la rustine, si la colle a le temps de faire effet, la rustine colle tout de suite. On regonfle un peu, on remonte, puis on gonfle à fond.
Une chambre à air crevée, ca se repare tout de suite ! Vous ne gagnez rien à mettre une nouvelle chambre.

En 44 000Km : 4 chambres neuves usés + 3 d'occase en Nouvelle Zélande (longues valves, qui vont s'arracher rapidement) + 1 nouvelle à Kathmandou.
Durant ces 44 000 Km, j'ai toujours utilisé des bandes anti-crevaison. Si c'est bien posé, et que le pneu est bien gonflé, ça ne pose pas de problème.

Les Jantes :
Pensez à acheter des jantes qui acceptent les grosses valves ("schrader" en anglais) ; mais l'on peut aussi agrandir le trou sans trop fragiliser la jante.
Après 35 000Km, par sécurité, je change ma deuxième jante "Sunrims Rhyno Lite 36" (que je conseille, avec rayons de 265mm, très standard) en New-Zealand et elle aurait pu monter à 45 000Km ! J'aurais cassé 36 rayons sur cette roue, c'est dire si elle a souffert du poids. Je la remplace par une jante profilée sans oeillet (Velocity Deep, 40euros, l'avantage du profilé, c'est que ça se déforme moins, mais celle-ci n'était pas assez large et les pneus avaient tendance à s'arracher sur les flans). On a souvent tendance à croire qu'une jante avec oeillets est plus solide..., mais ce n'est pas forcément vrai ; j'ai souvent vu des Mavic fendues où les oeillets n'avaient servi à rien (et plusieurs commerçants me l'on dit). Je garde heureusement l'axe speciale Shimano Deore "I-FH M555 BZ" qui me permet de changer les rayons en 2mn chrono (cherchez "shimano m555" sur le net : ukbikestore, priceminister, leboncoin, etc.) . Mais je vais avoir de grosses difficultés pour trouver de bons rayons à cette nouvelle jante (mesure particulière dû à la forme profilée). En Chine, dans les petites montagnes, j'en casserai jusqu'à 3 par jour, des rayons. Puis un jour, alors que je pensais m'en faire envoyer de France, je vais tomber sur un marchand de vélo chinois dans la rue qui aura la bonne longeur de rayon, mais avec des têtes trop grosses. Je vais donc grossir les trous au niveau de l'axe et de la jante pour finalement réussir à rentrer ces rayons remarquablement plus solides car plus gros, 2mm d'épaisseur. Je n'en casserai plus aucun...
Conclusion : prendre une bonne roue double parois, d'au moins 27mm de large (plus fine, le pneu se balade sur les côtés et s'arrache) et de préférence pas profiler pour trouver facilement les rayons qui conviennent. D'expérience, les jantes triple parois n'ont pas l'air d'être beaucoup plus solide que la double paroi rhyno lite.

Manettes de vitesse :
Je déconseille fortement les manettes de vitesse indexées. C'est pas l'idéale car en fonction de la chaleur ambiante, le cable du dérailleur s'étend plus ou moins et en cours de journée il faut souvent affiner le règlage pour ne pas que ça saute.
Quand le dérailleur commence à s'user et à prendre du jeu, avec des manettes indexées, ca saute et pas moyen de trouver le bon réglage.
Pareil, quand vous changez le cable, il faut passer 15mn à tout re-régler. Et quand ça casse sur une piste en montée, c'est pas évident...
Bref, le mieux, c'est des manettes non indexées ! Et avec l'habitude, votre main finit par connaître les positions exactes et les indexe donc toute seule. Arrivé en Nouvelle-Zélande, ma manette push-pull Shimano Deore a cassé (après 38 000Km, c'était juste un petit ressort), j'en ai profité pour me faire une manette sans indexation : photo. Plus aucun problème et je pouvais réparer mes cables de dérailleur cassés avec un petit domino d'électricicien pour remplacer la butée de plomb (là où ça casse toujours). A mon retour du tour du monde, j'ai découvert les "magic roller" (ou rollamajig) du fabriquant Avid : en supprimant la "courbe à haut frotement" avant le dérailleur, ça résout beaucoup des problèmes à vitesses indexées. Autre solution, prendre un dérailleur inversé dont le ressort fait monter sur le grand pignon plutot que sur le petit pignon (les vélos scott en sont souvent équipés).

Technique : la transmission par chaine
En entrant dans le Colorado, je prend le risque de changer de chaine. Normalement, il faut tout changer car sinon la chaine a tendance à sauter et dérailler. Je vous explique tout : dans la transmission, vous avez le pédalier, la chaine, et les pignons sur la roue arrière (l'ensemble des pignons forme la cassette) ; et c'est la chaine qui s'use le plus vite, elle s'étire. Quand votre vélo est neuf, il se peut que la chaine déraille (ou saute) facilement car elle ne rentre pas encore bien dans les dents des engrenages. Au bout de quelques dizaines de kilomètres, avec l'usure provoquée par les frottements et la tension que vous générez en appuyant sur les pédales, tout rentre dans l'ordre. Mais si vous changez de chaine, la nouvelle chaine n'aura pas la même forme, et il faudra recommencer ce travail d'usure et d'adaptation. Et plus on laisse une chaine user les engrenages, plus la nouvelle chaine sautera ou déraillera... C'est pourquoi je dis "j'ai pris le risque" (à 8500Km après avoir tourné avec deux chaines, une Shimano et une Sram ; elles s'usent à la même vitesse). Et ça a marché... la nouvelle chaine n'a pas du tout sauté. Donc, si on surveille bien l'usure des dents et de la chaine, on peut faire beaucoup d'économie en ne changeant que des chaines et presque jamais les pignons et le pédalier. Cela dit, en vélo debout ça vaut vraiment le coût, mais en vélo couché il faut acheter 3 chaines à chaque changement (60 euros)... Pour savoir quand changer, comptez 7000Km (moins en montagne) pour une bonne chaine, ou au mieux, en regardant au niveau du pédalier (mettez la chaine sur le grand plateau), quand elle est usée, on s'aperçoit qu'elle est trop allongée/tendue et qu'elle use les dents extrêmes (à l'endroit où elle quitte le pédalier).
Il m'est arrivé d'utiliser des chaines Shimano HG 9 vitesses sur ma cassette de 8 vitesses. Les 9v sont beaucoup plus chers sans être plus résistantes... puisqu'elles sont plus fines.
Un ami me disait que les chaines s'usent surtout lorsqu'elles sont tordues aux passages des vitesses. Dans ce cas, le système http://www.rohloff.de/ , même s'il est très lourd, peut régler ce problème d'usure des chaines.
En bent, il faut parfois mettre des bouts d'élastique (que l'on trouve sur la route...) pour éviter que les guides chaine ne s'usent en frottant sur le cadre : photo. (mes 2ème guides chaine ont plus de 30 000Km, ils peuvent faire encore le double ou le triple.)

La Suspension :
Les joints de la première suspension arrière (suspension à 50euros) se sont cassés au bout de 8 300Kmvélo.. L'Huile est sortie et je suis resté avec une suspension sans amortissement pendant 8 000Km supplementaires. C'est juste le ressort qui agissait. Mais ça ne gêne pas trop... Il faut juste faire attention sur les grosses bosses car on risque de rebondir.
La deuxième suspension (avec le nouveau vélo du Salvador) a cassé en Bolivie au niveau de l'attache inférieure (photo, après 8 000Km). Là, ça a été plus gênant car il a fallu bricoler un truc pour que la fourche arrière et le cadre ne s'éloignent pas trop l'un de l'autre quand je roulais sur des bosses. (photo).
Au Bresil, j'ai acheté une troisième "suspension" à 10 euros. Il n'y avait que le ressort qui agissait sur cette suspension (comme pour la première cassée), pas de système d'amortissement à l'intérieur.
9 000Km après, en New-Zealand, j'investis pour la première fois dans une bonne quatrième suspension à 138euros ! Et 2 000Km après, elle s'est bloquée : le pire de ce qui peut arriver. Roulez avec une suspension bloquée sur de la piste, ça vous détruit le dos ! J'ai du faire deux petits trous dans le piston pour la débloquer, en haut et en bas, patiemment à l'aide d'un clou (heureusement que c'est de l'alu...).
Je déconseille les amortisseurs sans ressort... Si ca casse, vous n'avez plus rien. Le mieux est donc un amortisseur très simple mais sur lequel vous mettez un ressort plus dur qui supporte le poids des bagages.
Réglages optimums à la fin du tour du monde : longeur de l'amortisseur axe-axe (trou du milieu) = 163mm, ressort 750lb*1.5 (plus dur serait mieux, notez que 685lb/in = 120N/mm).

Securite :
Le casque ? Au debut je n'en mettais pas. Puis je suis passé en NZ ou c'est obligatoire... Donc j'ai pris l'habitude de le mettre. Ca a déja sauvé des gens. Puis c'est comme la ceinture de sécurite en voiture, une habitude à prendre. Mais c'est surtout utile quand l'accident a lieu. Donc pour éviter l'accident, je conseille un bon écarte danger (photo1, photo2) que l'on peut facilement faire soi même avec des bouts de plastique fixés par de la chambre à air. Quand vous tombez ou que quelqu'un enfonce votre écarte danger (ça m'est arrivé au moins 10 fois. En Inde, les motards s'amusaient à tirer dessus), il suffit de ramasser les morceaux et de les ré-emboiter. Les rétroviseurs sont aussi très important, évitez les rétros grand angle dans lequel on ne voit pas grand chose.

Réparations vélo :
Note : Kmvélo = réel kilomètrage du vélo (Km depuis l'arrivée à Washington+les 2000Km de rando test en France).
- chg cable dérailleur arrière le 7 aout 2002 à et après 5900Kmvélo.
- suspension cassée à 8300Kmvélo (pas de réparation, je me contente du ressort et des rebonds).
- changement de chaine à 8500Kmvelo après avoir tourné avec 2 chaines, une Shimano HG et une Sram, j'achète une Shimano IG. Elle tiendra jusque 15 250Kmvelo (6500Km).
- chg cable dérailleur arrière le 5 nov 2002 à 9 025Km (après 6 800Km).
- nouvelle chaine (shimano HG) à 15 250Kmvélo. Ca saute un peu au début sur les grands pignons usés. Elle me semble plus longue que la normale. Je crois que ce n'est pas une vraie shimano (achetée à Mexico). Je la garde jusqu'à l'accident au Salvador.
- 13 500Km, cable dérailleur avant cassé après 15 500Km. Ca casse toujours au niveau de la putée.
- 14 000Km, nouveau cadre vélo donné par Ligfiets, je garde les cables, manettes, le dérailleur arrière, cassette (qui tiendra jusqu'à 26 500Km), roue arrière (Sun Rimes Rhino Light), vieille roue avant de VTT (qui se fendra sur de la piste en Bolivie). Nouvelle chaine (qui fera 10 400Km). Nouveau pneu arr.
- 15 500Km, chgt cable dérailleur arrière après 6 500Km.
- 16 300Km, chg billes roulement vieille roue avant.
- 16 481Km, chg patins freins arrière.
- 19 000Km, chg patins freins arrière.
- 22 000Km, suspension arrière cassée (après 8000Km) (attache de la tige verin cassée), je bloque comme je peux le ressort pour ne pas qu'il ne déchausse sur une grosse bosse. Mais je suis comme un kangourou et dans les montées je perds beaucoup d'énergie.
- 23 900Km, nettoyage et graissage des freins. Toute la transmission (dérailleur, chaines) commence à déconner.
- 24 419Km, chgt cassette (l'ancienne avait 26 500Km ! et elle aurait pu tenir jusque 30 000Km, elle avait qd même usée 4 chaines) et chgt chaines Shimano IG copies à 17euros les 3 (anciennes avaient 10 400Km, IG sram, 5eme jeu depuis juin02).
- 24 425Km, chg cable dérailleur arrière (après 10 000Km).
- 24 425Km, chg suspension arrière par une suspension à 10euros sans amortissement (juste le ressort).
- 26 530Km, chgt chambre à aire après 12 000Km.
- 27 100Km, chgt patin frein arrière après 8000Km. Remplacement de ma vieille roue avant fendue et de mauvaise qualité, par une Mavic avec axe Deore. Nouvelles chaussures Shimano et nouveau maillot (2eme). Vérif totale du vélo à Buenos Aires.
- 27 150Km, chgt cable dérailleur avant après 13 500Km.
- 27 200Km, chgt chaines IG copies (après 2 800Km...!, 3*6euros) par 3 HG 9v de hautes qualités (3×30euros), 6eme jeu de chaines depuis juin02.
- 27 800Km, chgt dérailleur arrière shimano Deore (après 30 000Km).
- 31 200Km, chgt cable dérailleur arrière (après 6 800Km).
- 33 700Km, chgt cable dérailleur arrière (après 2500Km). Beaucoup de piste qui fait bouger la chaine et donne des coups au dérailleur, ce qui use le cable.
- 35 600Km, chgt chaine HG 9v (après 8 400Km, chaines qui s'étaient déja étendues au bout de 3 000Km) par 3 chaines made in taiwan (3×16euros, NZ), 7ème jeu. Ca saute un peu au début. Ce jeu de chaines fera 8 400Km.
- 35 600Km, chgt cable merdique dérailleur arrière (après 1900Km) par un bon.
- 36 500Km, chgt de la jante arrière (Sunrims Rhyno Lite, après 35 000Km ! et elle aurait pu monter à 45 000Km. J'aurais cassé 36 rayons sur cette roue, c'est dire si elle a souffert du poids. Je la remplace par une jante profilée sans oeillet (Velocity Deep, 40euros). On a souvent tendance à croire qu'une jante avec oeillets est plus solide... mais ce n'est pas forcément vrai ; j'ai souvent vu des Mavic fendues où les oeillets n'avaient servis à rien. Je garde l'axe speciale Shimano Deore
"I-FHM555BZ". Je vais avoir de grosses difficultés pour trouver des bons rayons à cette nouvelle jante (mesure particulière). Puis un jour, alors que je pensais m'en faire envoyer de France, je vais tomber sur un marchand de vélo chinois dans la rue qui aura la même longeur de rayon, mais avec des têtes trop grosses. Je vais donc grossir les trous au niveau de l'axe et réussir à rentrer ces rayons remarquablement solides car plus gros...
- 36 500Km, chgt suspension arrière (suspension sans amortissement du Brésil à 10 euros, après 12 000Km) par une suspension Delux à 140euros (d'occase) avec ressort 750lbs. Un ressord de 850lbs aurait été mieux. Cette nouvelle suspension va se bloquer au bout de 2000Km ! Je vais devoir faire deux petits trous (en haut et en bas, avec un clou et un marteau) dans le piston pour la débloquer. Une suspension bloquée sur un bent, c'est vraiment le pire imaginable au niveau confort...
- 36 500Km, chgt cable dérailleur avant (basse qualité, 9000Km quand même) par un made in China (très basse qualité).
- 36 500Km, nouveau pneu avant, Cheng... made in china à 3 euros qui durera plus de 10 000Km (à l'avant).
- 36 500Km, pneu d'occase arrière Continental, Semi Slick Avenue, 1.9, à 30euros. Va durer 4 500Km avec beaucoup de piste.
- 40 833Km, chgt pneu Semi-Slick Avenue par Continental Travel Contact.
- 41 800Km, chgt patin arrière (descente dans boue, à la frontière Tibet-Népal).
- 42 000Km, chgt gaine dérailleur arrière par une gaine de frein (donc plus grosse, afin de diminuer les frotements) complète sans ouverture (le partie sans gaine au niveau de la fourche, faisait rentrer la pluie). Puis nettoyage et graissage des freins. Pour le cable dérailleur arrière, je conseille de mettre de l'huile fine plutot que de la graisse.
- 42 600Km, chgt chambre arriere, valve foutue.
- 44 000Km, retour en France.

Couts velo :
5 euros le 2 juil 2002 chambre à air
20 euros le 8 juil 2002 pneu arrière
38,5 euros pneu 1.7 + patins frein XTR
100 euros roue arrière Rhino Lite moyeu Shimano Deore (Montreal). Taille des rayons très standard = 262mm
0,66 euros chambre à air arrière d'occase
45 euros le 31 aout 2002 3 chaines shimano IG.
45 euros pneu + plus grand pignon à Denver.
3 euros chambre à air
9 euros 2 pneus à Torrèon
20 euros pompe (garantie à vie)
18 euros pneu Michelin 26×1,5 Mexico DF
35 euros 3 chaines shimanos HG Mexico DF (reste à Bouv janv 03)
2 euros 3 cables dérailleur arrière Mexico DF.
6 euros 1 pneu à Oaxaca.
14 euros 1 pneu Matrix à Miahuatlan.
12 euros 2 pneus Michelin 26×1,95 à Guatemala.
30 euros 2 pneus Michelin 26×1,5 à Lille.
24 euros cassette 30-12 à Valenciennes.
17 euros 3 chaines Shimano IG, Cascavel Brésil.
10 euros suspension (sans amortissement), Cascavel Brésil.
100 euros pour une roue avant, complète, Mavic (Buenos Aires).
180 euros : un dérailleur arrière Deore, maillot, chaussures shimano, 2 pneus Michelin 26×1.95, 1 pneu Richney 1.4, et 3 chaines HG 9 vitesses (Buenos Aires).
40 euros nouvelle jante arrière (NZ), Velocity (Australia), que je monte moi-même.
140 euros suspension Delux avec ressort 750lbs en NZ.
10 euros Kathmandou (gaine, 1 chambre à air grande valve, cable shimano).
Total : environ 925 euros

Conclusion sur les problèmes rencontrées :
J'ai surtout eu de gros problèmes avec les rayons qui cassés (36 en 27mois) sur la roue arrière (c'est dire le poids qu'elle supportait). Heureusement, grace à l'axe "I-FHM555BZ" de Shimano, je pouvais les changer facilement ; mais encore faut-il en avoir assez d'avance... En Chine, le problème du manque de rayon d'avance est survenu, j'ai commencé par faire des noeuds. Puis après j'ai trouvé par miracle des rayons chinois de bonne taille, et même un peu plus gros que les rayons des pays riches. Il a fallut grossir lègérement les trous dans la jante, mais le problème fut résolue, et aucun rayon ne cassa par la suite.
Deuxième gros problème, les amortisseurs ! Je le savais en partant que ça allait m'embêter cette histoire d'amortisseur. Mais ça m'a beaucoup plus embêté que prévu. Les 2 premiers ont duré 8 000Km chacun, et le quatrième (140euros !) 2 000Km ! Le bent qui remplace le Distance de Challenge s'appelle le Serein et il semblerait qu'il y ait moins de problèmes avec l'amortisseur.

Groupes shimano : Acera X | ALIVIO | DEORE - DEORE LX | DEORE XT | XTR.
CODE COMPTEUR Sigma  = 2026 (26×1.5")

Durée moyenne des pièces
Comptez :
35 000Km pour une bonne jante (Mavic, SunRims, Velocity, etc.). Une jante profilée se déforme moins facilement.
+de 50 000Km pour un axe de roue Deore (quand il y a du jeu, vous resserrez un peu).
25 000Km pour une bonne cassette (je conseille les cassettes 8 vitesses, qui ne nécessitent pas de chaine spéciale, par rapport aux 9 vitesses).
30 000Km pour un dérailleur Deore (s'il ne reçoit pas de coup, d'où l'intérêt du protége dérailleur...).
8 000Km pour une bonne chaîne (les chaines pour les cassettes supérieures à 8 pignons sont plus dures à trouver, plus fragiles et coûtent plus chers). En bent, les guides chaine (en plastique) peuvent faire plus de 60 000Km si on fait attention qu'ils ne frottent pas sur le cadre ou les roues (photo).
30 000Km pour un pédalier Deore (5 000Km pour un bas de gamme).
+de 40 000Km pour un axe de pédalier de qualité (sur bent, moins sur vélo debout).
35 000Km pour des manettes indexes Deore. Le mieux est d'utiliser des vieilles manettes non indexées (photo).
8 000Km pour un bon pneu (sur roue arrière, du 1.5 sans crampon, Michelin, Ritchey, Continental, Schwaber, etc.).
+10 000Km pour une chambre à aire
(une normale) que l'on répare correctement (mon record est de 16 000Km).
5 000Km pour un bon cable dérailleur arriére (moins sur piste). 10000Km pour le cable dérailleur avant.
+de 40 000Km pour des bons cables de freins. (les miens ont fait tout le voyage, 44 000Km !, ne pas oublier de les graisser)
10 000Km pour des bons patins de frein (deore, ou deore XT si vous avez des mains très musclées car patins très durs).

On comprend mieux, après ces résultats, qu'il est rentable d'acheter très cher si vous faites beaucoup de Km !

 

UN SITE A VOIR POUR SE FORMER EN TECHNIQUE VELO : http://pages.globetrotter.net/docvelo/

 

Divers doc récupérés par ci par là :

Anatomie d'un vélo debout

Le Vélo-Dictionnaire Français/Anglais de Sheldon Brown

Se construire une remorque légère et pas cher (de Oliver Samain),

 

Suite